Cyril Blanchard
Mentaliste et Coach de vie

Connecter son esprit et son corps pour vivre mieux

08 Sep 2022 Cyril Blanchard Nutrition - santé

68% de la population ressent des douleurs depuis plus d'un an

Dans une vie souvent bien trop sédentarisée, ressentir des douleurs liées au manque d’activité physique n’est pas rare.

Mais l’activité physique peut, elle aussi, amener son lot de douleurs si elle n’est pas effectuée de la bonne manière. En effet, les mouvements mal maîtrisés peuvent, à la longue, causer des inflammations, voire des blessures.

Alors, que faire ? Est-on forcément condamnés à ressentir des douleurs ?

Les conseils d'Anouk Garnier, championne de France de course à obstacles

Alors, que faire ? Est-on forcément condamnés à ressentir des douleurs ?

Eh bien pas forcément, fort heureusement. J’ai récemment échangé sur le sujet avec Anouk Garnier, athlète spécialiste de la course à obstacles, coach sportif et formatrice de coach sportifs, mais aussi conférencière et chroniqueuse sport sur Europe 1…Bref, elle n’arrête jamais !

Et elle m’a dit quelque chose qui peut paraître très simple : être toujours en mouvement lui permet de sentir bien dans son corps et de limiter les douleurs au quotidien.

Son principal conseil pour se sentir mieux au quotidien ? Reprendre possession de son corps.

Mais qu’est-ce que cela signifie ? Et comment faire ?

Reprendre possession de son corps signifie maîtriser ses mouvements, réaligner ses articulations, ressentir et écouter son corps, recentrer son attention sur son enveloppe corporelle. Des choses que l’on néglige trop souvent au quotidien.

Cela passe en priorité par regagner en mobilité, et revenir aux fondamentaux de la pratique sportive. Mais l’aspect psychologique et mental est aussi un élément important pour pouvoir de nouveau “habiter” son corps.

Anouk m’a donné quelques clés pour y parvenir que je vais vous partager.

I. Prendre soin de son corps…

Reprendre possession de son corps signifie avant tout en prendre soin pour le préparer à une activité physique régulière et bien maîtrisée.

a) Soigner son alimentation

La première chose à faire est donc d’écouter les signaux envoyés par votre corps en termes de nutrition. Identifiez les aliments qui vous font du bien et ceux qui nuisent à votre système digestif. Par exemple, Anouk précise dans le podcast qu’elle évite le gluten, car elle sent qu’il ne favorise pas sa digestion. Elle n’a pas été déclarée intolérante au gluten, mais elle a su écouter son corps pour identifier un élément qui peut lui être nuisible.

Les programmes de nutrition pourront vous aider à soigner votre alimentation, mais le plus efficace restera toujours d’écouter votre corps pour lui apporter ce dont il a vraiment besoin.

b) Identifier des produits bénéfiques pour vous

Certains produits non alimentaires peuvent également faire du bien à votre corps.

Pour Anouk, il s’agit de l’huile de CBD, qu’elle utilise avec parcimonie pour favoriser la récupération après l’effort : quelques gouttes le soir (le nombre de gouttes dépend de la concentration du produit), qui auront aussi un effet à la fois anti-inflammatoire et bénéfique pour le système nerveux.

Ce produit, qui était considéré comme dopant dans le passé, peut être utile dans le monde du sport mais peut aussi potentiellement être addictif. Il est donc à utiliser soigneusement, en écoutant toujours son corps en priorité !

II. … et de son esprit !

Reprendre possession de son corps, c’est aussi un travail mental. Il s’agit de se mettre dans une démarche d’écoute de son corps, et dans des dispositions qui vous permettront de prendre le temps de vous sentir mieux, notamment dans la pratique sportive.

Concrètement, il faut dans un premier temps franchir les obstacles qui vous empêchent de vous (re)mettre au sport de manière régulière.

a) Gérer le rapport à ses peurs

Ces obstacles peuvent souvent être liés à certaines peurs (peur de se blesser, peur de ne pas y arriver etc.).

Quand elle évoque le rapport à la peur, Anouk Garnier conseille avant tout de miser sur une préparation minutieuse. Prenons l’exemple de la course à pied : si vous avez peur de vous blesser en faisant à l’effort, échauffez-vous davantage en amont. Si vous avez peur de ne pas arriver à atteindre votre objectif, fixez-vous d’abord des objectifs moins élevés et misez ensuite sur la progressivité.

Durant l’échange que j’ai eu avec Anouk, elle m’a notamment parlé de la “peur” (ou du moins du stress) qu’elle peut ressentir avant de donner une conférence. Mais cette peur est atténuée par le fait qu’elle soit ultra-préparée en amont.

Attention cependant, la préparation doit aussi laisser la place à une certaine flexibilité pour s’adapter à l’imprévu. Anouk le dit elle-même “Rien ne se passe jamais comme prévu, il faut se préparer et s’adapter à l’imprévu”. Il faut donc être agile, et se préparer à toutes les éventualités. Pour une conférence, ça peut être un matériel défaillant ou un public peu attentif. Pour reprendre l’exemple de la course à pied, ça peut être une petite douleur inattendue, ou des mauvaises conditions météo, par exemple.

À retenir donc : l’importance de la préparation, que ce soit avant une course, une conférence, ou tout autre défi de votre vie quotidienne. Elle diminuera considérablement votre peur.

b) Se focaliser sur ce qu’on peut contrôler

Anouk Garnier reprend ici un conseil de Tony Robbins : se focaliser uniquement sur ce qu’on peut contrôler. Rien ne sert de concentrer son attention sur des éléments sur lesquels nous n’avons aucune influence. Par exemple, lors d’une course, ce n’est pas nécessairement utile de se concentrer sur concurrents. Il vaut mieux s’attarder sur soi, sur sa propre préparation, sur son propre effort.

Cela permet de maximiser son efficacité, et de focaliser son attention exclusivement sur les choses les plus importantes, celles qui vous permettent d’être performant.

Ce conseil peut en réalité s’appliquer à la vie de tous les jours. Se concentrer sur des éléments que l’on ne peut pas contrôler absorbe de l’énergie et dégradent votre santé mentale (en créant ce qu’on appelle de la “charge mentale”).

III. Regagner en mobilité

a) Pourquoi regagner en mobilité ?

“Un bébé fait un squat parfait mais la plupart des adultes galèrent, à cause du style de vie sédentaire qui modifie nos capacités fondamentales”. Ce constat dressé par Anouk Garnier met bien en lumière la nécessité de se remettre en mouvement au quotidien. Pour elle, il s’agit de revenir aux fondamentaux de la mécanique du corps.

Cela passe par ce qu’on appelle le “contrôle moteur”, c’est-à-dire tout ce qui a trait à la stabilité et l’alignement des articulations. Cet alignement des articulations est particulièrement important pour éviter les douleurs articulaires (d’autant plus qu’une **douleur articulaire localisée à un endroit vient souvent d’une autre articulation, par un effet de compensation).

Le style de vie sédentaire, qui modifie nos capacités fondamentales, peut créer des inflammations voire des blessures. Regagner en mobilité à travers l’approche du contrôle moteur aide donc à prévenir les blessures pour les sportifs comme pour les moins sportifs.

“Il faut bouger ! Faire bouger son corps !” nous explique Anouk.

Elle ajoute : “Le sport à la base, n’est pas fait pour l’esthétique mais pour la santé. Ça paraît simple, mais les gestes simples ne le sont pas vraiment. Un squat n’est pas simple. Courir, ce n’est pas simple. Il faut avoir la bonne posture, positionner correctement son corps, comprendre l’inertie. C’est ça le contrôle moteur, c’est faire attention à tous ces détails.”

b) Comment regagner en mobilité ?

Anouk Garnier insiste, il est très important de bouger, de s’activer pour regagner en mobilité et ainsi éviter les potentielles douleurs et blessures. Mais alors comment faire ?

Il faut avant tout travailler les bases. “Au travail, au lieu de faire un pause clope ou café, faites une “pause mouvements”. Mobilisez votre corps, faites les bouger” conseille Anouk. L’idée ici est de se créer une routine de quelques minutes chaque jour, durant laquelle vous vous mettez en mouvement. L’important est de se mettre en mouvement de manière très régulière, voire quotidienne, même si ce n’est que 3-4 minutes par jour.

On pourra ensuite augmenter progressivement la durée et l’intensité des efforts.

Si cela vous intéresse, Anouk a justement mis en place le programme “courir sans douleurs” d’Anouk Garnier qui vous permettra de jauger vos capacités fondamentales, et de faire des exercices de mobilité pour mieux courir.


Articles similaires

Derniers articles

Connecter son esprit et son corps pour vivre mieux

Les secrets de la tranformation de Mathieu Blanchard

Avoir l’audace de réaliser ses rêves

Catégories

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.